Union Sportive et Artistique du Groupe Caisse des Dépôts  : site officiel du club de foot de ANGERS - footeo

CHU CAEN 2-0 USAC ANGERS

16 janvier 2012 - 18:54

Une défaite "encourageante"...

CHU CAEN   

 2-0   
USAC ANGERS
 
 


 

Composition :   3-2-2-2-1 [ JP -- Kasso - Doudou (c) - Douguy -- Micky - Fafane -- Flo - TomD. -- Kévin - Julien G. -- PtitPois]

Remplaçant (pour la forme) : Nunien.



Samedi 16 Janvier 2012 - 15h00. 

A "l'un des 83 stades" du CHU de Caen


 

RACClée ((c) Doudou) reçue le week-end dernier face aux cheminots de Nantes, l'USAC se déplaçait en Normandie pour y affronter le CHU de Caen dans le cadre de la 4ème journée de Championnat de France de CN2.

Les angevins ne débarquaient pas en territoire inconnu puisque ces deux équipes s'étaient déjà affrontées cette saison pour le compte de la Coupe de France. Une rencontre qui s'était soldée par une défaite (1-3) quelque peu frustrante.

C'est donc habité par un sentiment de revanche et l'envie de laver l'affront du RACC que l'USAC abordait cette nouvelle rencontre.

Malheureusement, du fait d'une hécatombe de blessés et de nombreuses absences c'est avec un groupe décimé que l'USAC se présenterait en Normandie.
En effet, parmi les onze joueurs de la semaine passée, seuls cinq étaient disponibles pour ce déplacement et l'intégralité de la défense type était absente.
Ainsi, après des heures de réflexion, quinze crises de nerfs et trois tentatives de suicide, Coach Nunien est finalement parvenu à coucher une liste de onze joueurs "presque valides" sur les convocations.

Exceptionnellement, Fafane fut le premier arrivé sur le lieu de rendez-vous pourtant fixé à 8h45. Il avait même trouvé le temps de préparer un thermos de café et d'acheter des croissants frais pour ses camarades... Mais non, j'déconne, tout ça relève du domaine de l'utopie les enfants, il y est bien sûr allé de sa traditionnelle contribution pécuniaire pour quelques minutes de retard.

Juste avant, Gillou le canari s'était fait remarquer en nous gratifiant d'une arrivée en fanfare. La veille son équipe de cœur s'était imposée (contre le cours du jeu hein) face au SCO d'Angers. C'est avec l'écharpe du FCNA, un sourire béat et des étoiles pleins les yeux qu'il salua tout le monde.

9h00 passées, tout le monde embarqua dans les minis-bus pilotés par  les fidèles Christian Loeb et Gilles Hamilton.

Même si Gillou ne pût s'empêcher de provoquer une légère migraine à tout le monde avec son équipe de peintres, le trajet se passa dans la joie, la bonne humeur et l'allégresse. Même si certains, Flo en tête, reprocheront à Micky son côté volubile. En effet, les deux nantais Doudou et Flo donc, semblaient montrer un déficit de sommeil certain. Mais bon, difficile de reprocher au seul Micky, les cascades nocturnes à répétition des deux loustics. Pourquoi ne pas lui reprocher la dégradation de la note triple A de la France pendant que nous y sommes.

Bref. Aux alentours de midi, l’ensemble du groupe se retrouvait chez l'ami restaurateur de Gilles, chez lequel l'USAC s'était déjà arrêté lors de son premier déplacement dans le Calvados.

Le chef, avec le concours de la crème des nutritionnistes, avait concocté un menu des plus diététiques : Salade de gésiers en entrée pour les protéines et les fibres suivie d'un bœuf bourguignon/pâtes pour les ... protéines et les féculents puis une crème brûlée pour les glucides.
Un vrai repas d'athlète de haut niveau.

Tous les joueurs déjeunèrent à la même table, excepté... Flo, qui s'installa avec le coach et les dirigeants. Encore un signe du statut si particulier dont jouit Mr Derouin au sein du club.

13h30, tout le monde regagne les mini-bus directio n le stade, théâtre des futures hostilités. Les anciens en profitèrent pour faire une petite sieste digestive.

Une fois tous les joueurs réunis dans les vestiaires, Coach Nunien quelque peu nerveux, dévoilait une composition "new-look". Face aux nombreuses défections, le cerveau du coach a été mis à contribution comme jamais il ne l'avait été auparavant. Ainsi, l'imagination débridée du coach accoucha d'un système tactique révolutionnaire : un 3-2-2-2-1. Ce schéma pourrait marquer un tournant dans l'Histoire du football, exit les Arigo (c'est bon la vie) Sacchi, Mourinho et consorts.

La principale évolution de ce schéma résidait dans le système défensif « Freestyle à la one again » qui ne comptait pas moins de cinq joueurs. Et pas n'importe lesquels. Douguy et Kasso étaient alignés en tant que latéraux, Doudou prenait le poste libéro laissé vacant par Toine, aidé de deux stoppeurs alliant puissance et rapidité : Fafane et Micky. Inutile de vous dire que les attaquants adverses allaient passer une après-midi compliquée face à autant de masse musculaire au centimètre carré.

Juste devant Flo et Tom D., les esthètes du ballon rond, étaient chargés d'organiser les offensives. Nos deux bizuts-bidasses prenaient les couloirs pendant que PtitPois évoluerait seul en pointe.

A noter que c'est Doudou qui hérita du brassard de capitaine. Fafane véritable mémoire vivante du club, n'oublia pas de lui rappeler que ses stats en tant que capitaine ne plaidaient pas en sa faveur. Un rappel qui ne le déstabilisa pas le moins du monde, lui qui n'a pas pour habitude de fuir ses responsabilités quitte à déchirer sa licence.

Dans l'idéal, l'objectif annoncé par le coach était de tenir le plus longtemps possible sans encaisser de but pour aller chercher une potentielle victoire en fin de rencontre.


Message reçu ... qu'à moitié. A peine cinq minutes de jeu et les  locaux ouvraient la marque. Sur un ballon perdu au milieu de terrain, le numéro 9 normand était lancé en profondeur. Il profitait d'une erreur d'alignement pour aller défier Jipouille avant de lui glisser le ballon entre les jambes et de s'essuyer les crampons (de manière involontaire) sur les tibias du portier angevin au passage.

0-1 une entame de match catastrophique.

L'USAC ne sortira la tête de l'eau qu'après la 20ème minute, Caen a pilonné la fébrile défense angevine qui tardait à assimiler le nouveau système. Sans compter que les attaquants adverses se sont vite aperçus qu'ils n'avaient pas à faire à l'équipe Jamaïcaine de 4*100 mètres. Heureusement pour l'USAC, le virevoltant numéro 9 caennais connaissait quelques soucis dans la finition.

Une fois l'orage passé, l'USAC a fini par appréhender ce nouveau schéma et à se montrer offensivement. Les débats s'équilibraient, et les angevins se procuraient même quelques opportunités. Sur l'une d'elle Julien G. se retrouvait idéalement placé suite à une jolie passe de Kévin mais il dévissait sa frappe juste devant le gardien adverse.

Finalement les deux équipes rejoignaient les vestiaires sur ce score de 1-0, relativement flatteur pour l'USAC.

A la pause, Coach Nunien, satisfait de l'état d'esprit affiché par ses joueurs, insistait sur les aspects positifs. Il les encourageait à continuer dans la même optique. Même si tout n'était pas parfait il fallait reconnaitre que l'USAC montrait un visage autrement plus convaincant que celui du week-end passé.
L'idée était de continuer à bien défendre pour appuyer les offensives en fin de match et éventuellement arracher les 4 points.

Lors de la seconde période, la défense de l'USAC se montrait plus souveraine, Doudou parvenant même à prendre le dessus sur l'attaquant adverse, lui qui était pourtant diminué depuis le début de la partie par une sciatique. Mais en tant que Capitaine Courage il ne pouvait abandonner ses coéquipiers au cœur de la bataille. Doudou, sorte de Beckenbauer des temps modernes, serra les dents et tint sa place jusqu'au bout.
Malgré tout, Caen restait dangereux, mais la réussite n'était toujours pas au rendez-vous. Dans ce contexte, l'USAC se prenait à rêver d'un hold-up, et sur une percée de Flo, Nunien a bien cru toucher ce rêve du bout des doigts. Enfin, ce qui lui restait (de doigts) vu qu'il avait passé la rencontre à se ronger les ongles. C'est sûr qu'avec ses moignons, plus de soucis de cigarettes.
Une poignée de secondes plus tard c'est Douguy qui n'était pas loin de tromper le gardien mais sa tête manquait de puissance. Sur le contre, l'avant-centre de Caen profitait d'une approximation de Doudou pour aller une nouvelle fois défier Jipouille, qui ... le découpa littéralement. L'arbitre n'eut d'autre alternative que de désigner le point de pénalty et de sortir le jaune.

Miné par la culpabilité JP, sortait le grand jeu et le pénalty. Ce qui décuplait les raisons d'y croire des visiteurs.

Malheureusement cet espoir serait douché quelques minutes plus tard. L'arbitre de touche oubliait de lever son drapeau pour un hors-jeu évident, le meneur de jeu du CHU profitait de l'aubaine pour inscrire d’inscrire le but du K.-O.
C'est donc sur ce score de deux 2-0 en faveur de Caen que l'arbitre mettait un terme à cette rencontre.

L'USAC enchaine donc une seconde défaite en 2012, toutefois l'équipe aura montré des vertus d'abnégation, d'envie et de solidarité rarement aperçues jusqu'à présent, le tout dans un contexte pourtant très délicat et face à une bonne équipe de Caen. C'est donc une défaite pleine de promesses qui aura au moins redonné un peu de fierté à Coach Nunien.

C'est donc le cœur léger que les angevins regagnaient Angers non sans avoir fait une petit halte par le Simply Market du coin.

Micky.

Facebook USAC Angers

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 1 Dirigeant
  • 1 Joueur
  • 2 Supporters

Aucun événement

+