Union Sportive et Artistique du Groupe Caisse des Dépôts  : site officiel du club de foot de ANGERS - footeo

USAC ANGERS 1-0 MUNICIPAUX ANGERS

10 mai 2012 - 13:28

Un nouveau derby dans l'escarcelle de l'USAC !!!

USAC ANGERS     
1-0 
  
MUNICIPAUX ANGERS  

    

Composition:
   4-2-2-2 [ JP -- Fred - Gégé - Anto. - Seb -- Doudou - Yannou -- Douguy - Freddy -- Kéwin- Tom G.]
Remplaçant s (Deluxe Potatoes):Tony G., Nunien .

Buteur :  Tom G.

Samedi 28 avril 2012 -15h00.
A la Jack Daniels Arena

Deux semaines après leur balade de santé face à l'ASPTT de Nantes, l'USAC retrouvait la Jack Daniels Arena pour y affronter leurs rivaux de toujours : Les Municipaux d'Angers.

Entre ces deux rencontres, les angevins avaient enregistré une sévère défaite (3-5) en terre nantaise face à la Société Générale. Pour des raisons budgétaires nous n'avions pas pu couvrir ce match. En effet comme beaucoup d’entreprises, la rédaction de « L’épique » a subi la crise de plein fouet et ne possède plus les fonds suffisants pour financer les déplacements de nos envoyés spéciaux. Nous en sommes les premiers désolés puisque même les Tickets Restos sont un vague souvenir.

Bref, trêve de jérémiades. Durant la semaine, le derby de Manchester, entre Man U et City, a fait les gros titres de l'ensemble de la presse sportive. Il est vrai que cette affiche s'annonçait palpitante puisque les deux équipes se disputent le titre de champion d'Angleterre, un fait unique dans l'histoire de la Premier League.

Mais "L'épique", en véritable expert ès football, savait que le seul vrai derby de ce week-end opposait l'USAC aux Municipaux d'Angers.
Il est vrai que ces deux monuments du football entreprise se sont livrés par le passé à des duels d'anthologie (Réveillère). D'ailleurs les passionnés ne s'y trompent pas puisque ce "classico" est suivi dans plus de 158 pays. De Wellington à Washington en passant par Ambillou-Château les fans du monde entier sont rivés devant leur écran de télé, prêts à vibrer devant les parades de Jipouille où les arabesques de Gomberihno.

Et en étant parfaitement lucide et objectif, il est évident que l'USAC ne devait en aucun cas souffrir d'un complexe d'infériorité vis à vis de Manchester United. En effet, Nunien, n'a rien à envier à Sir Ferguson, de même pour Anto et Vidic, Seb et Evra, Leeroy et Giggs, Yann et Scholes, Douguy et Nani, Tony et Rooney et Tom G. a ... Chicharito. Quant aux palmarès respectifs de ces deux équipes, ils sont sensiblement les mêmes. La vitrine de la Jack Daniels Arena est au moins aussi garnie que celle d’Old Trafford si ce n'est plus...
Enfin, pour en terminer avec l'analogie entre ces deux clubs de légende, si les joueurs de Man U sont surnommés les REDS DEVILS ceux de l'USAC sont communément appelés les RAIDES DES VILLES.



Même si contrairement aux années passées; les deux équipes d'Angers semblent distancées dans la course au titre, ce match garde une saveur particulière. En effet, quelque soit le contexte, un derby reste un derby.

Et, en ce samedi 28 avril, la météo avait décidé d'ajouter un peu de piment à la rencontre en arrosant le stade de manière continue.

Une fois sur le pré, nous constations une nouvelle fois, que Nunien, avait dû composer avec les absences et les blessures. Ainsi, c'est une équipe quelque peu remaniée que nous découvrions. Coucher une équipe de onze joueurs valides va finir par être plus compliqué que de remplir une grille de mots fléchés chinois pour l'entraineur angevin.

Ainsi, en l'absence de Flo; Gégé, l'intermittent du spectacle, prenait la place de libéro aux côtés d'Anto. Fred s'installait dans le couloir droit. Pas de surprise à gauche, Seb était une nouvelle fois fidèle (Castro) au poste.

Le milieu était composé de Doudou, Yannou, Douguy et ... Freddy qui montait d'un cran et qui allait enfin pouvoir exprimer tout son potentiel offensif.

Devant, Kéwin et Tom G. étaient titularisés. Ce dernier récupérant au passage, le brassard de capitaine. Il n'y a pas à dire, être le fils du Président Gautieritchev ouvre certaines portes. Mais cela ne nous regarde pas.

Pour ce qui est du match en lui même et plus particulièrement du jeu développé, il faut reconnaitre que c’était loin d’être brillant et c’est un bel euphémisme. Les deux équipes rivalisaient de médiocrité. A leur décharge, il faut aussi insister sur le fait que les conditions de jeu n'étaient pas optimales.
Gégé, avait malgré tout trouvé le moyen de sortir sur blessure dès l'entame du match. Il avait quelque peu présumé de ses facultés de récupération, sachant qu'il s'était fait une déchirure musculaire une semaine auparavant. Il a voulu défier les lois de la nature... et il a perdu.

C'est donc Gomberinho qui prenait la place de libéro sans que cela ait une quelconque incidence sur le niveau du match.
Les deux équipes regagnaient les vestiaires sur ce score nul et vierge. Les fidèles socios que sont Robby, Jeannine, Fafane et Damien avaient eu très peu d'occasion de s'enthousiasmer et ils accueillaient donc cette pause avec satisfaction et soulagement. Ils allaient pouvoir, l'espace de quelques minutes, se mettre au sec, même si Fafane y allait de sa petite bière et par pure sympathie je l’accompagnais.

A la reprise, les débats ne s'animaient guère plus. Les deux équipes se montraient trop imprécises dans les transmissions et les temps de possession étaient faméliques.
Il fallut attendre le milieu de la seconde période pour enfin voir l'USAC développer un mouvement collectif digne d'intérêt. Cette belle séquence ne déboucha malheureusement pas sur action de but.

C'est finalement suite à un vilain geste que la partie monta en intensité. Sur une action complètement anodine, le N°12 des municipaux découpa littéralement Tom G. d'un tacle digne des plus belles heures de Cyril Rool. Alors que le carton rouge semblait inévitable, l'arbitre ne sortit finalement "que" le jaune. Cette décision aberrante mis le Président Gautieritchev dans une colère monumentale. ll ne fallut pas moins de quatre gardes du corps, plus Gillou et Nunien pour empêcher le dirigeant Tchétchène d'en venir aux mains avec l'homme en noir.


Finalement, plus de peur que de mal pour Tom G. qui se releva difficilement mais "indemne". Les Gautieritchev ont la peau dure.

Quelques minutes, plus tard, façon Charles Bronson, Tom G. se fit justice lui même. Alors que le N°12 des municipaux protégeait le ballon qui filait en sortie de but, Tom G. lui rendit la monnaie de sa pièce en le séchant d'un tacle hommage à Franck Jurietti. Un geste qui aurait pu être évité si l'arbitre avait pris la bonne décision sur le premier tacle.

Tom G. écopa "logiquement" d'un carton jaune. La fin de match s'annonçait particulièrement tendue.

Mais alors que l'on se dirigeait vers la fin du match sur ce score de 0-0, Tom G. trouva la faille sur un exploit personnel. Bien lancé par Douguy, il élimina pas moins de quatre joueurs façon Slalom Géant avant de crucifier le gardien d'un plat du pied "Henryesque" qui heurta le poteau avant d'entrer dans la cage.

Ses coéquipiers exultèrent et se jetèrent sur lui. Coach Nunien et le Président Gautieritchev tombèrent dans les bras l'un de l'autre pendant que Fafane se lâchait complètement.

Le N° 9 de l'USAC.; quant à lui jubilait intérieurement, d'autant plus que le N°12 faisait partie des joueurs "humiliés" sur ce geste de très grande classe.

Tom G., mi ange, mi démon mais 100% buteur.

Ce but scellait le sort du match d'autant plus que les municipaux devaient terminer la rencontre à huit puisque sur le festival de Tom G. trois défenseurs restèrent sur le carreau suite à des tours de reins.

Freddy, qui aime faire du social, se permet de rater une incroyable occasion de tuer le match. Lancé au but par Tom G., il se retrouva seul devant le gardien qui était sorti à sa rencontre. Mais il trouva le moyen de rater le cadre d'une bonne dizaine de mètres à son plus grand désarroi. Alors qu'il voulait frapper du plat de pied, il se troua complètement et prit finalement le ballon de l'extérieur. Ce gros raté devrait lui valoir de se faire chambrer sur trois générations.

L'arbitre sifflait donc la fin du match sur cette courte victoire. Mais, c'est finalement le prochain derby qu'il faudra remporter, puisque ces deux équipes se rencontreront à nouveau ce samedi 12 mai, dans le cadre de la finale de la Coupe de l'Anjou.

Même si l'USAC a peut être pris un léger ascendant psychologique, il est évident que les Municipaux auront à cœur de prendre leur revanche. Voilà qui nous promet une finale des plus explosives.

Rendez vous donc ce samedi 12 mai à 15h00 au stade de Cantenay Epinard pour peut être voir l'USAC garnir une nouvelle fois son palmarès déjà très étoffé.

 

 

Facebook USAC Angers

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 1 Dirigeant
  • 1 Joueur
  • 2 Supporters

Aucun événement

+