USAC ANGERS 4-2 AFF. ETRANGERES NANTES

4 décembre 2012 - 13:51

4 points avant le billard !!

Samedi 1er décembre 2012 -15 h 00
 

USAC ANGERS 4-2 AFFAIRES ETRANGERES NANTES

COMPO : Jipouille -- Julien. - Thiago Guémas - Anto. - Doudou // Flo - Micky // Douguy - Tom D. // Dams - Sylvain J.

Remplaçants : Ptit Pois, J.A, Julien.

Le postérieur encore douloureux après la fessée reçue au Havre, l’USAC retrouvait la rassurante routine du championnat régional avec un certain soulagement.
Il est vrai que pour se coltiner 8 heures de route aller-retour pour se prendre une pilule et y trouver du plaisir il faut soit être complètement dingue soit amateur de soirée SM.

Quoiqu’il en soit, les joueurs angevins n’avaient qu’une idée en tête : passer la frustration engendrée par ce déplacement sur leur prochain adversaire : Les Affaires Etrangères de Nantes.

Et pour être honnête, cette équipe présentait toutes les caractéristiques de la victime idéale, puisque l’USAC les avait déjà étrillés (4-1) un peu plus tôt dans la saison pour le compte du 1er Tour de la Coupe de France.

Après deux déplacements consécutifs, les angevins retrouvaient l’enceinte de la Jack Daniels Arena avec un plaisir non feint. Assez exceptionnellement, quasi tout le monde s’était montré ponctuel hormis Micky, qui accusait un retard d’une minute et 47 secondes. Une entorse au règlement qu’Anto sanctionna d’une amende d’un euro, avec un sourire pervers lui barrant le visage.

Pour cette rencontre, Nunien avait convoqué quasiment le même groupe que la semaine précédente. Seuls les frères Gautieritchev manquaient à l’appel sanctionnés suite à leur escapade nocturne du week-end dernier. J’ai la faiblesse de croire que le scandale récent de la virée nocturne des M’Vila et consorts a pesé dans cette décision. Comme la Fédération, Nunien a voulu faire preuve de fermeté, même si il n’y a rien à redire quant à leur prestation face au GCMI.
Quoiqu’il en soit, Nunien a fait ses choix en âme et conscience. Ce sont donc J.A, de retour des Etats-Unis et P’tit Pois qui les remplaçaient numériquement.

D’ailleurs à ce propos,  le propriétaire de l’énorme Pick-up garé sur le parking fit rapidement identifié lorsque les joueurs virent J.A en Santiags et Stetson. Pourquoi pas, après les santiags avec le survêtement c’est … Spécial !!

Bref. Une fois toute cette bande de joyeux drilles réunis dans les vestiaires, Nunien dévoila son schéma "taqueutiqueu". Au vu de l’alignement des planètes et de la forte attraction entre Saturne et Neptune, le coach décidait de remiser son 4-5-1 pour un 4-4-2 plus « offensif ». Et oui, encore une face cachée de la personnalité complexe du coach, comme Raymond Domenech, c’est un amateur d’Astrologie et de Numérologie. Ceci explique la présence d’une photo d’Elisabeth Tessier son portefeuille. Et tant qu'il ne demande pas sa cousine en mariage à la fin du match...

Au niveau des joueurs, pas de profond changement par rapport à l’équipe alignée la semaine passée. Doudou laissait sa place de milieu axial à Flo pour passer latéral gauche. Si le sosie officiel de Laurent Romejko n’avait pas d’appréhension particulière à occuper ce poste, pour Micky le trouillomètre était à son maximum. En effet, déjà mis sous pression par le fait d’évoluer aux côtés d’un joueur de la stature de Flo, Nunien en rajoutait un peu en lui intimant de « muscler son jeu ».

Tom D. et Douguy, qui retrouvait une place de titulaire après plusieurs bonnes prestations (soulignées par le coach himself) étaient alignés dans les couloirs.
Devant Damien et Sylvain « Jouanno » étaient en charge de la finition.

P’tit Pois, J.A et Nunien étaient remplaçants.

Lors de son (Lilo et) spitch, le coach demanda à ses joueurs de s’inspirer du football pratiqué par le Havre pour tenter de le reproduire ce jour. Partant d’un esprit tout à fait louable, la chose ne paraissait pas si simple à réaliser. Surtout en voyant Flo se tartiner de Niflugel de la tête au pied et Julien G. demander à Doudou de lui rafistoler l’épaule au Chatterton. Mais les joueurs avaient une réelle volonté d’essayer.

Et, une fois n’est pas coutume, l’USAC entrait dans ce match tambour battant, en pressant très haut cette équipe de Nantes. Dès la 2ème minute de jeu, Dams parfaitement décalé dans la surface se retrouvait seul face au gardien mais trouvait le moyen de tirer sur le poteau. L'adapatation à ses lentilles semblait compliquée.
A peine deux minutes plus tard, c’est Douguy qui s’illustrait mais de manière peu glorieuse. Suite à une erreur de main du portier adverse, Dr Micheau, pourtant bien placé, envoyait sa frappe deux bons mètres au dessus de la barre qui venait percuter un pigeon qui avait le malheur de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.

USAC 0, AFFAIRES ETRANGERES 0, PIGEONS -1.

A la 10ème minute de jeu, piqué au vif par le coach avant le match, Tom D. débordait son défenseur à l’énergie avant de centrer fort devant le but. Face aux difficultés des attaquants angevins pour convertir leurs occasions, c’est un défenseur nantais qui se chargeait de tromper son propre gardien d’une frappe en première intention imparable. Douguy se trouvait juste derrière le défenseur mais pas sûr que le résultat aurait été le même si le ballon lui était parvenu.

1-0.    Après seulement dix minutes de jeu et sans un manque de maladresse affligeant, l’USAC aurait dû mener 3-0 sans que personne n’y retrouve à redire.

Suite à cette ouverture du score, les angevins baissaient inconsciemment le pied et jouaient sur un rythme de sénateur. Pas mal de supporters exprimèrent leur ennui en baillant ostensiblement.

Pour les réveiller, Thiago Guémas, envoyait une passe à destination de Jipouille directement en corner. Coup de pied de coin qui ne donna rien.

Si les angevins jouaient dans des pantoufles, les nantais ne faisaient pas en sorte de les bousculer ce qui donnait l’impression d’assister à un match de l’amicale des anciens combattants.

Malgré tout l’USAC continuait à se créer pas mal d’occasions en les vendangeant avec toujours autant d'acharnement. Sylvain entre autres, après un joli raid, voyait sa frappe s’envoler dans les nuages après un rebond capricieux. Même les taupes semblaient avoir choisi leur camp.

Aux alentours de la 20ème minute, Doudou servait Flo d’une passe appuyée. Celui-ci éliminait son vis-à-vis d’un contrôle orienté « qualité Label Rouge » avant d’accélérer (si si), de fixer la défense et de décaler Damien d’un amour de passe, qui cette fois, transformait cette offrande en but.

2-0. Sans à avoir à forcer son talent, l’USAC enfonçait le clou.

Jipouille, une nouvelle fois peu sollicité, se distinguait en envoyant les ¾ de ses dégagements en touche. Sinon, pas grand-chose à signaler, à part la tentative de bicyclette tentée par Douguy. Actuellement, ce geste acrobatique semble être au top de la mode. Seulement Douguy n’est ni Méxès, ni Zlatan -même si il y a match au niveau capillaire- et il fut à deux doigts de décapiter un défenseur nantais.

L’arbitre mettait donc un terme à cette mi-temps quelque peu soporifique sur cet avantage de deux buts en faveur de l’USAC.

Du coup, durant la pause, l’insatisfaction et l’irritation transpiraient dans le discours de Nunien, qui stigmatisait le manque de rythme imposé par ses joueurs. Le rôle de « bouc et mystère » revenait à Douglas, sur lequel le coach passait sa frustration assez injustement. En fait, c’est toute l’équipe qui ronronnait,  le souci était bien plus collectif qu’individuel. Doudou lui était épargné par les critiques. Assez étrangement, à croire qu’il a pris possession du cerveau du coach. Je suis sûr qu’il aurait fait un formidable Gourou (rien à voir avec le chanteur) ce Doudou.

De retour sur le pré, on ne sentait pas réellement de changement. A vrai dire, on avait même l’impression que le match allait en se dégradant. L’USAC bafouillait de plus en plus son football, les temps de possession était famélique et le tout devenait de plus en plus indigeste. Flo, le corps meurtri par l’âge et les efforts cédait sa place à Ptit Pois. Il était temps pour le N°10 de l’USAC de sortir car il commençait à gentiment péter une pile, en témoigne ses fous rires à répétition. 
Même si les adversaires se montraient plus présents qu’en première période, ils restaient somme toutes relativement inoffensifs. Ce sont même les joueurs angevins qui allaient corser l’addition par P’tit Pois, qui suite à bon mouvement, se présentait seul face au gardien et le fusillait d’un pointu puissant.

3-0. Alors que l’USAC ne parvenait plus à développer la moindre phase collective, assez paradoxalement elle prenait le large au tableau d’affichage.

Plus la partie avançait et plus le jeu pratiqué par les angevins se délitait. Heureusement que l’opposition était particulièrement faible sinon cet attentisme aurait été rapidement sanctionné.
Après à peine 15 minutes de jeu, J.A demandait à être remplacé, déjà complètement carbo. Ah bah ça, pour faire du Rodéo et attraper des vachettes avec des bouts de ficelle, ils sont fort les texans, mais pour jouer au football ce n’est plus la même limonade.

Au milieu de ce marasme, le seul éclair de cette seconde période allait venir du pied gauche de … Douguy. A la retombée d’un corner mal renvoyé par la défense des affaires étrangères, il reprenait le ballon de volée. Une reprise de toute beauté sur laquelle le gardien n’esquissa pas le moindre geste. Au moment où il armait sa frappe, les pigeons qui survolaient le terrain, pensant que leur fin était proche, se signèrent.  Quand ils virent le ballon finir sa course dans les filets ils crurent à un miracle. 
Après son but, Douguy fixa le coach avec un regard de défi pendant qu’au bord du terrain, Rachel invitait ironiquement le N°8 de l’USAC à payer sa tournée.

4-0. Après ce superbe but de Douguy, il ne faisait aucun doute que l’USAC s’imposerait peu importe ce qu’il pouvait se passer par la suite.

Déjà peu enclin à hausser leur niveau de jeu, les joueurs lâchèrent complètement la fin de match. A l’image de cette occasion énormissime complètement gâchée par Sylvain. Après un joli décalage de Tom D. il se retrouvait libre de tout marquage et à 10 mètres, dans l’axe du but. Inexplicablement il se précipita et dévissa quelque peu sa frappe qui termina en … touche. Même dans FIFA nous n’avons jamais eu l’occasion de voir d’aussi gros bug.

Finalement, les affaires étrangères arrivèrent à inscrire deux buts pour revenir à 4-2. Il faut dire aussi que les angevins ne pouvaient pas faire beaucoup plus pour les aidés à revenir dans la partie.
Choqué par ce spectacle digne des meilleurs moments du « Foot en Folie », l’arbitre mit fin au supplice des spectateurs sur ce score de 4-2 pour l’USAC.

Pour son dernier match sur le banc avant son opération, Nunien fera abstraction de la manière pour se contenter des 4 points qui maintient son équipe dans la course au titre.

PS : Tiens en farfouillant sur le net j’ai trouvé une photo du Chirurgien qui devrait opérer Nunien:

Micky.

 

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 1 Dirigeant
  • 1 Joueur
  • 2 Supporters

Aucun événement

+