Union Sportive et Artistique du Groupe Caisse des Dépôts  : site officiel du club de foot de ANGERS - footeo

RENAULT SAINT SEBASTIEN 0-2 USAC ANGERS

14 décembre 2012 - 16:23

 

Samedi 8 décembre 2012 -15 h 00

RENAULT SAINT-SEBASTIEN 0-2 USAC ANGERS

COMPO : Jipouille -- Paszu - Thiago Guémas - Anto. - Seb // Julien G. - Micky // Doudou - Tom D. // Tom G. - Sylvain J.

Remplaçants : Flo (blessé), J.A (à Paris), Dams (perdu de vue)

 

 

Après s’être imposée face aux Affaires Etrangères (4-2) sans pour autant se montrer convaincant dans le jeu ; l’USAC se déplaçait à Saint-Sébastien pour y affronter l’équipe de Renault-Outillage.
Véritable match au sommet de cette fin d’année 2012, les joueurs du Président Gautieritchev étaient parfaitement conscients qu’il faudrait se montrer bien plus performant pour espérer ramener un résultat positif de la banlieue nantaise.
D’une part, car cette équipe de Renault Saint Sébastien possède de solides arguments et fait figure de postulant légitime au titre régional et d’autre part, car elle est  habitée d’un sentiment de revanche depuis leur défaite (0-1) subie un peu plus tôt dans la saison face à ces mêmes angevins.

C’est malheureusement orphelin de leur coach que les joueurs de l’USAC abordaient cette rencontre. Ce dernier était hospitalisé pour y subir une opération au niveau des membres inférieurs. Enfin, ça, c’est la version « officielle », en réalité il s’agissait d’une opération de toute autre nature dont nous dévoilerons les détails en peu plus tard.
Bref, Nunien convalescent, c’est donc Thiago Guémas qui était en charge d’assurer l’intérim et ce, jusqu’à la trêve.

Et pour la première pige de Sylvain à la tête de l’équipe, Nunien, ne l’avait pas forcément mis dans des conditions optimales.

Alors  que quatorze noms étaient couchés sur les convocations, Thiago Guémas eût la désagréable surprise d’apprendre les forfaits cumulés de Flo et J.A à seulement quelques heures du départ. Sans compter que nous n’avions aucune nouvelle de Damien.

C’est donc avec la mine des mauvais jours, le visage fermé, le regard noir, que l’apprenti coach accueillait le reste des troupes.
Sa colère et sa frustration étaient tout à fait légitimes. Partir avec un groupe aussi limité en quantité pour un match de cette importance est forcément regrettable.

Mais assez rapidement, Thiago Guémas, va s’apercevoir que Nunien, très taquin, avait convoqué des joueurs tout en ayant connaissance de leur forfait. Une absence que l’on mettra sur le compte du stress inhérent à l’opération.
Pour ce qui est de Damien, le mystère était entier et sur la route, Gillou décidait de lancer une Alerte Enlèvement.


 

Une fois arrivé au Stade, la présence de Doudou fût accueillie avec soulagement même si le cadet des Gautier manquait encore à l’appel. Quasiment chauve et les ongles rongés jusqu’aux poignets c’est avec une certaine fébrilité que Sylvain attendait l’arrivée de l’insaisissable Thomas.

Finalement, alors que les joueurs se changeaient, il fit son arrivée dans état de forme aléatoire, diminué par un gros rhume mais sans se départir de son sourire. Pour être honnête, en voyant les yeux à demi clos et les étranges marques rouges sur le front de son attaquant, Sylvain ne savait pas trop s’il devait être rassuré. Au moins pouvait-il se féliciter du fait que Seb soit venu avec son sac. On se console comme on peut.

Par la force des choses, Thiago Guémas n’avait pas eu besoin de se torturer l’esprit pour élaborer la feuille de match :

Jipouille gardait les cages, Paszu, Anto, Thiago Guémas et Seb étaient alignés en défense, au milieu Julien G et Micky étaient associés dans l’axe, Doudou et Tom D. dans les couloirs pendant que Sylvain J. et Tom G. étaient en charge de la finition.

Pendant sa causerie, fidèle à ses convictions, le coach « Manpower », insistait sur les notions de solidarité, d’envie et de générosité qui lui sont chères.
Malgré les absences, l’équipe alignée restait plus que correcte mais il semblait évident qu’il faudrait montrer une implication de tous les instants.

Assez logiquement, les locaux débutaient la rencontre de manière plus convaincante et prirent assez rapidement le contrôle des opérations. Les angevins se contentaient de courir après le ballon et d’essayer de contrarier les offensives nantaises.
Sur l’une d’elle, après un bon mouvement collectif, JP se mettait en évidence de brillante façon en s’interposant d’un réflexe du pied sur une reprise à bout portant de l’attaquant de Renault. Un arrêt digne d’un Thierry Omeyer des grands jours.

A cet instant personne ne se doutait que Jipouille allait nous offrir un véritable show.

Quelques minutes plus tard, JP dégageait un centre dangereux des deux points à une bonne dizaine de mètres de sa cage. Pas de chance, le cuir revenait dans les pieds du N°6 adverse qui ne se posa pas de question et tenta sa chance de loin. Jipouille qui avait donc déserté son but, revint en catastrophe et sortit le ballon d’une parade main opposée à la Thomas Price. Suite à ce nouvel arrêt de grande classe, on sentait le doute investir les attaquants adverses.

Alors que l’USAC commençait à se trouver dans le jeu, et que la partie s’équilibrait petit à petit, c’est une nouvelle fois Renault qui était à deux doigts d’ouvrir le score. Suite à un centre renvoyé difficilement du genou par Doudou, le N°11 adverse héritait de la sphère dans une position idéale. Et alors qu’il s’imaginait enfin faire trembler les filets, Jipouille était une nouvelle fois à la parade. Pourtant pris à contre-pied il parvenait, à la faveur d’un réflexe étonnant, à repousser le ballon d’un bras sur sa ligne. Grâce à ce nouvel exploit, JP permettait à son équipe de rester dans le match mais surtout, il brisait psychologiquement les attaquants qui paraissaient résignés. Presque dégoutés.

Après ce nouveau miracle de "Saint Jean-Philippe", Tom G. était tout proche de donner l’avantage aux siens sur leur première véritable occasion. Bien trouvé par Sylvain J., et alors que le but lui tendait les bras, il se précipita dans le dernier geste et dévissa sa frappe qui passa assez loin à côté. Une superbe opportunité gâchée tant l’attaquant angevin semblait avoir le temps d’ajuster tranquillement le gardien.

Par la suite, ce sont encore les angevins qui allaient à plusieurs reprises se mettre en évidence.
Sur un coup franc vicieux de Seb, le portier de Renault, pas aussi inspiré que JP, était à deux doigts de laisser filer le ballon dans ses filets. Puis, une nouvelle fois seul face au gardien, et alors que tout le monde croyait enfin à l’ouverture du score, Tom G. voyait son tir croisé tutoyer le montant.

De son côté, Jipouille, complètement « on fire » se permettait une parade « photo » aussi spectaculaire qu’inutile sur une frappe pourtant anodine. Avec le recul, je pense qu’il aurait pu la contrôler du poitrail. Bon, quelques minutes avant il faisait moins le guignol quand il se loupa sur une sortie tout à fait banale.

Le dernier mot de cette première période revenait à Tom G. qui, manifestement très malheureux aujourd’hui, voyait sa frappe en première intention suite à un centre de Tom D, fleurter à nouveau le montant droit du gardien. Il semblait aussi à l'aise pour casser des glaçons avec son crâne que pour planter des buts.

C’est donc sur ce score de 0-0 que l’arbitre invitait les 22 acteurs à rejoindre les vestiaires. Un score vierge qui ne reflétait absolument pas les 45 premières minutes tant la partie a été animée. Le rythme n’a jamais perdu en intensité, les deux équipes ont chacune connu leurs temps fort et le spectacle offert était vraiment d’excellente facture.

A la pause, si Thiago Guémas était parfaitement conscient que sans JP le sort de la rencontre aurait put être foncièrement différent, il était également convaincu qu’il y avait nettement la place pour s’imposer. En alliant réalisme offensif à l’envie et la détermination affichée il ne faisait que peu de doutes que l’issue leur serait favorable.

Les paroles du coach allaient rapidement trouver leur écho sur le terrain, puisqu’après moins de 5 minutes, l’USAC ouvrait le score par l’intermédiaire de Sylvain J.
Suite à une récupération de balle, Paszu lançait parfaitement le N°10 angevin, qui pénétrait dans la surface et glissait le ballon entre le poteau et le gardien, pas forcément exempt de tout reproche sur l’action.

0-1. Difficile d’imaginer meilleur entrée en matière puisque l’USAC prenait l’avantage sur la première opportunité de la seconde période.

Et si cette ouverture du score avait galvanisé les troupes angevines, pour les joueurs de Renault c’était un véritable coup de massue.
Ainsi, dans le sillage d’un Sylvain J. très en vue, l’USAC intensifiait sa domination et était même très proche de faire le break quelques minutes plus tard. Dans la même configuration que sur le premier but, Paszu servait une nouvelle fois Sylvain dans l’espace, qui cette fois ne faisait pas forcément le bon choix. Sa frappe ne trouvait que le petit filet alors que Tom G. était seul au centre.
Dans la foulée, c’est l’arbitre qui se faisait remarquer à mauvais escient en oubliant de siffler une main dans la surface que même Damien sans ses lunettes auraient vu (si il était venu ahaha). Je veux bien croire qu’il soit difficile de trouver des arbitres, mais il faudrait peut être éviter de nous envoyer ceux du cécifoot.

Bref. L’USAC, ratait une nouvelle occasion de corser l’addition, mais régnait en maitre au milieu de terrain et derrière. Les joueurs de Saint-Sébastien ne parvenaient plus à se montrer dangereux.
Malgré tout dans le dernier quart d’heure, alors que la fatigue semblait de plus en plus gagner les rangs angevins, les nantais allaient jeter toutes leurs forces dans la bataille.
Alors que les protégés du président Gautieritchev avaient parfaitement su faire face aux assauts adverses, ils se firent surprendre sur un contre mené à 100 à l’heure. L’attaquant nantais se présentait seul face à Jipouille, ouvrait son pied et expédiait son tir dans la lucarne. Mais c’était sans compter sur JP qui réalisait un arrêt digne d’un épisode d’Olive Tom, en détournant le ballon en corner d’une nouvelle parade main opposée. L’avant centre malheureux s’effondra en larmes sur le sol, complètement désabusé par l’état de grâce de JP qui semblait avoir été touché par les dieux. Micky, responsable de la perte de balle au départ de l’action, savait pertinemment que son coéquipier venait de lui sauver la mise et avait également les yeux humides ... de joie. Après, cette énorme occasion, les nantais insistaient mais s’exposaient également aux contres angevins. Ainsi, sur l’un deux, Tom G. obligeait le portier adverse à réaliser arrêt de grande classe.
La partie devenait complètement folle et les équipes se rendaient coup pour coup. Et même si la défense angevine pliait par moment, elle ne rompait pas. Grâce notamment à l’abnégation des leurs deux latéraux. Par deux fois, Paszu sauvait les siens sur deux interventions saignantes et Seb réalisait même le geste du match.
Après que Thiago Guémas se soit effondré tout seul (victime d’une triple fracture ouverte pensait-on), le N°9 nantais se présenta seul face à Jipouille et aussi improbable qu’une passe en retrait de Tom D., Seb débarqua de nulle part pour tacler et priver son attaquant d’une égalisation qui lui semblait promise. Ce geste incroyable symbolisait la performance collective d’ensemble de l’équipe angevine qui a vraiment montré de solides vertus mentales et n’a jamais abdiqué même dans les moments difficiles. A noter que sur l’action en question, le N°5 angevin s’est relevé sans le moindre problème. Soit le garçon récupère à une vitesse surhumaine soit c’est un sacré mytho. Perso, j’ai bien ma petite idée…

Cette fois, les joueurs de Renault avait définitivement laissé passer leur chance, et sur un ultime contre, suite à un pressing à deux de Tom G et Micky  sur le stoppeur, le frère Gautieritchev s’en allait tromper le portier avec l’aide du poteau.

0-2. Malgré un manque de réussite dans la finition, Tom G. n’a jamais lâché et était récompensé de tous les efforts qu’il a fourni.
Les joueurs et les dirigeants exultaient, ils savaient que leur coéquipier venait de valider leur victoire.

Et en effet, quelques poignées de secondes plus tard, l’arbitre mettait un terme à cette rencontre épique. Collectivement, c’est certainement la partie la plus aboutie qu’ai réalisé l’USAC depuis le début de la saison. Sans compter que comptablement c'est une excellente opération.

Thiago Guémas était particulièrement fière de ses troupes et c’est avec une satisfaction évidente qu’il a transmis la bonne nouvelle à Nunien.
Des nouveaux implants mammaires, une victoire face à Renault Saint-Sebastien, Nunien avait toutes les raisons d’être aux anges.

Micky.

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 1 Dirigeant
  • 1 Joueur
  • 2 Supporters

Aucun événement

+