AFFAIRES ETRANGERES 0-3 USAC ANGERS

15 mars 2013 - 19:16

 

 

 

Samedi 02 mars 2013 -15 h 00

AFFAIRES ETRANGERES 0-3 USAC ANGERS

COMPO : Jipouille -- Doudou - Seb - Tom G. - Douguy // Micky - DD Guémas // Sylvain J. - Fafane // J.A - Dams.

Remplaçants : Nunien.

Après avoir laissé le football de côté le temps d’un week-end afin de célébrer le mariage de l’ainé des Gautieritchev, les joueurs de l’USAC se devaient de remiser leur beaux souliers vernis contre des chaussures plus appropriées avec la pratique du football. Même si pour compléter son style « ultra-vintage » j’imagine assez aisément, Tom Dauvergne, évoluer en mocassin à glands.

Bref ce n'est pas le propos.

Pour la troisième fois consécutive l’USAC se déplaçait sur Nantes. Cette fois, pour y affronter l’équipe des Affaires Etrangères, dans le cadre du championnat de Ligue. Ne me demandez pas pour le compte de quelle journée, le calendrier de l’USAC est encore plus troué que le survêtement de Fafane.

Une fois n’est pas coutume (trois pièces), Nunien a éprouvé les plus grandes difficultés pour élaborer les convocations. Après trois nuits blanches de réflexions et 24 litres de café avalés, il est finalement parvenu à coucher une liste de 12 joueurs presque valides (Halilodzic). Compte tenu de l’état de forme olympique des troupes, des remplaçants auraient été, de toute façon, superflus. Je précise pour les hermétiques au second degré, que c’est ironique (Sanson).

Du coup, à l’heure du rendez-vous, il était savoureux de constater que les angevins s’apprêtaient à prendre la route avec quasiment le même nombre de dirigeants que de joueurs.

Avant d’investir les minis-bus, Patrick offra à l’ensemble de l’équipe, de nouvelles vestes. Sympa. Mais si elles n’avaient « polaires » mal, elles n’avaient pas le « charme » de la peau de Grizzli qu’arbore de temps en temps Yannou.

Pendant le voyage, comme souvent, les spéculations sur le onze de départ allaient bon train. Assez rapidement les joueurs tombèrent d’accord sur la composition probable à deux/trois joueurs près. Il est vrai qu’avec seulement onze joueurs plus le coach, les solutions étaient somme toutes assez limitées.

Mais à défaut de prendre ses adversaires à contre-pied sur le pré, Nunien allait le faire dans les vestiaires en nous pondant une composition dont il a le secret.

Le manque de sommeil et une surdose de caféine peuvent avoir des effets secondaires relativement néfastes pour le cortex cérébral en témoigne cette équipe « fantasque » :

Si Jipouille restait dans les cages, sa défense subissait un lifting qui ferait passer Catherine Deneuve pour une petite joueuse. 

Doudou, handicapé par des douleurs dorsales retrouvait le poste de latéral droit qui lui sied à merveille. Douguy, droitier contrarié, s’installait dans le couloir gauche de la défense. A force de tirer les corners et certains coups francs de la patte gauche, Damien et Sylvain étaient convaincus qu’il était gaucher. Pourtant avec ses corners de grand-mère grabataire, difficile d’imaginer qu’il ait pu faire illusion. Un bien bel escroc ce Douguy tout de même.

Mais, c’est la charnière centrale qui fut la plus grosse « victime » des délires « nuniesques ». En l’absence d’Anto et peut être encore sous le choc des parpaings de Zoumana Guémas face à la SG, il décidait d’aligner les frères Gautierictchev en défense. Non, non vous ne rêvez pas, vous êtes parfaitement sobre. Enfin, plus que Nunien quand il a imaginé cette association sorti tout droit d’un épisode d’Olive et Tom. Ah bah on vous avait prévenu le garçon s’est lâché.

Du coup, satisfait de leur association en équipe B, le coach reconduisit la paire DD Guémas / Micky. Habituellement avec l’âge on recule de poste sur le terrain, mais Sylvain, lui, remonte. D’ici la fin de sa carrière il finira numéro 9…Ou pas.

Pas de réelles fantaisies sur le secteur offensif, Fafane et Sylvain jouaient le rôle de piston dans les couloirs tandis que J.A Ewing et Damuena étaient en charge de dynamiter la défense adverse.

En tout état de cause, cette équipe tout à fait inédite avaitfière allure sur le papier et promettait de belles choses en terme purement technique.

Et dès l’entame de match, l’USAC posa cette patte technique et prit ainsi la maitrise du cuir. Naturellement, le manque de repères et d’automatismes conduisirent à quelques erreurs de placements et/ou techniques. Les attaquants avaient également trop tendance à chercher la profondeur ce qui conduisit à quelques passes manquées. Mais rien d’alarmant sachant que les adversaires se montrèrent assez inoffensifs.
Au fil des minutes, les hommes de Nunien, accentuèrent leur domination, posèrent plus le jeu et se créèrent quelques bonnes situations. A l’image de Sylvain G. qui se retrouva en position idéale au 18 mètres mais expédia son tir une bonne vingtaine de mètres au dessus. Comme quoi l’adage « plat du pied sécurité » ne se vérifie pas tout le temps . D’autant plus qu’un pigeon y laissa sa vie.

Un peu plus tard, suite à un beau mouvement collectif, Damien remettait en première intention à Micky qui était resté en retrait. Surpris de voir l’attaquant de poche jouer en une touche (héhé) Micky dévissa totalement sa frappe. Avec un peu de réussite elle aurait pu tromper le gardien puisque J.A qui trainait dans la surface l’avait involontairement déviée. Ce qui aurait été un vrai scandale reconnaissons-le.

Derrière, les frères Derrick tenaient la baraque dans un style qui leur est propre. Pour Seb c’était la rigueur à l’allemande, bien en place, propre dans la relance le tout sans réelle fioriture (d’abricot). Son frère était son pendant « Samba », contrôle en porte manteau, percées, petits crochets et même petit pont. Par contre son jeu aérien était comment dire … approximatif. Sur une longue balle dont il jugea aléatoirement la trajectoire, il prit le ballon en « pleine poire ». Pendant cinq minutes il épura son jeu encore tout sonné par le choc.

Encore portés par la grâce de Cupidon, Seb quitta sa défense pour la première fois et, servi parfaitement par Sylvain G. se retrouva seul face au gardien. Avec un sang froid remarquable, sûr de son fait, il ajusta et trompa le gardien. Un but qu’il fêta à la « Balotelli ». 

0-1. Seb, actuellement sur son petit nuage permettait à son équipe de concrétiser sa domination au tableau d’affichage.

Suite à cette ouverture du score, les angevins continuèrent de dérouler sans forcément forcer leur talent. Il faut reconnaitre que leurs adversaires du jour ne firent rien pour essayer de les bousculer. Du bord de la touche ça donnait l’impression d’assister un match de vétérans. C’est donc tout tranquillement que l’USAC alla doubler la mise par l’intermédiaire de leur gâchette Texane.

Fafane, bien  trouvé dans l’axe par Tom G., se mettait face au jeu, et alors qu’il souhaitait servir Doudou qui avait pris le couloir, il vrilla sa passe qui arriva avec bonheur dans la course de J.A. Ce dernier se présenta seul face au portier avant de le fusiller du pied droit.

0-2. C’est donc en toute décontraction que l’USAC aggravait la marque.

Plus grand-chose de notable ne se passa en première période hormis Fafane qui « taquina » l’arbitre à plusieurs reprises, ce qui lui valut un avertissement verbal. La routine en quelque sorte.

A la pause, Nunien, malgré ce score favorable ne sembla pas forcément satisfait de la prestation d'ensemble et le fit comprendre à ses troupes « Bande de têtes de chats, vous auriez dû les plier, faut leur foutre la tête dans le seau ». Le Mourinho du Corpo, avec ses mots, sait se montrer très exigent. Mais, s’il l’était, c’était pour une bonne raison. Si ses joueurs prenaient le large, ils pourraient alors faire son entrée et exhiber son superbe maillot ultra-saillant.

A la reprise, le rythme n’était pas forcément plus soutenu même si les affaires étrangères se montraient un plus agressive. Malgré tout, c’est une nouvelle fois les angevins qui se montrèrent les plus dangereux. Dams, après un joli débordement servait parfaitement J.A qui seul aux 6 mètres se troua complètement. Il semblerait que la tentation de remettre ses Santiags à la mi-temps ait été trop forte.

Quelques minutes plus tard, J.A avait l’occasion de se racheter. En vain. Une nouvelle fois idéalement placé, il expédia sa frappe dans la stratosphère. Felix Baumgartner fut à deux doigts de prendre la ballon dans la face. Le plus triste, est que sur cette action, notre Cowboy du Saumurois se blessa à la cheville. Nous n’avions plus vu ça depuis Georges Mouyémé.

Dans la foulée, Fafane toujours aussi volubile, exprima son désaccord de manière fort peu cordiale au corps arbitral suite à un fait de jeu anodin. Ainsi, il fut invité par l’arbitre à rejoindre le banc dix minutes afin de penser à reformuler ses doléances.

Blessé pour la fin de match, Nunien fit son entrée plus tôt que prévu. Il semblait avoir quelques difficultés à se mouvoir normalement et son visage était extrêmement rouge. On aurait dit un playmobil. Son maillot le serrait un peu plus que de raison. De loin on aurait dit un bonbon Arlequin.

Bref. Suite à la sortie de Fafane, l’USAC en infériorité numérique allait subir pour la première et seule fois du match. D’autant plus que certains joueurs commençaient à piocher et que Doudou déjà blessé au dos, était victimes d’ampoules. Alors que l’on aurait pu imaginer qu’il en profiterait pour éclairer le jeu, il en fut tout autre puisqu’ils ne pouvaient plus courir. De loin on aurait presque dit un danseur de claquettes. Heureusement pour lui, il était l’objet d’un marquage strict de son attaquant.

La meilleure occasion des nantais intervint suite à un corner, mais la sphère termina sa course sur le montant droit suite à une déviation involontaire de DD Guémas.

L’orage était passé et la rentrée de Fafane permis aux angevins de remettre dans le sens de la marche.
Peu de temps après, l’USAC allait définitivement sceller le score suite à une action pour le moins confuse.

Après un nouveau débordement, Dams centrait parfaitement pour Nunien, qui s’emballait et tentait une reprise acrobatique. Il a tenté. Il a raté. Lamentablement. Non seulement il ne décolla pas d’un centimètre, mais en plus il rata le ballon. On aurait qu’il faisait une figure de Hip Hop.
Heureusement, Sylvain J. récupérai le ballon au second poteau, leva la tête et centra pour Dams. Ce dernier contrôla le ballon et expédia le ballon hors de portée du gardien.

0-3. Au final, la figure de style de Nunien fit diversion, ce qui profita à Dams pour donner un avantage décisif à son équipe.

La fin de match fut des plus tranquilles, DD Guémas nous gratifia d’un coup du sombrero très aérien, les frères Gautieritchev se prirent d’affection pour l’attaquant adverse qui était à deux doigts de dégoupiller, Tom G. y a alla d’un nouveau p’tit pont. Du grand n’importe quoi en somme.

L’arbitre mit un terme à cette parodie de football sur ce score de 3-0 en faveurs des hommes du président Gautieritchev. Ils maintenant pourvoir sereinement fêter les anniversaires conjoint de Doudou et Tom G.

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 1 Dirigeant
  • 1 Joueur
  • 2 Supporters

Aucun événement

+