USAC ANGERS 2-0 C.H.U ANGERS

27 mars 2013 - 16:55

"Elle est pour toi celle-là". Damien Hamard. 19/03/2013.

Mardi 19 mars 2013 -20 h 00

USAC ANGERS 2-0 C.H.U ANGERS

COMPO : Seb -- Julien C. - Yannou - Thiago Guémas - Rénald // Kasso - Alex C. // Ptit Pois - Tom D. // Sylvain J. - Dams.

Remplaçants : Micky, Cyril, Ben.

 

Depuis quelques semaines, les lendemains de matchs de l’USAC ont des allures de gueule de bois. Et rien à voir avec les abus de la 3ème mi-temps. Enfin presque.

 

Et pour cause, en moins deux semaines, deux matchs et deux … défaites, l’USAC venait de voir ses ambitions fondre comme un vieux sous la canicule. Après avoir connu des soucis de réseaux face à Alcatel en Coupe de l’Atlantique (défaite 0-1 et élimination), c’est Renault qui est ensuite venue faire le coup de la panne en terre fanouine et anéantir au passage, tout espoir de sacre en championnat.

 

Et si le coach n’a que trop peu goûté à cette double contre-performance, je vous laisse imaginer qu’elle a été la réaction du Président Gautieritchev. L’échec est une notion qui lui échappe complètement. Ainsi, le quotidien sportif de Grozny ‘Goulag et Goulasch ta balle’ publiait la réaction à chaud du dirigeant Tchétchène: « Moi pas venir France pour ouvrir salon de Thé, ni investir roubles pour faire enfiler moi tous les samedis. Moi pas vouloir équipe morts-vivants, sinon moi investir dans FC Tchernobyl. Têtes bientôt tomber ». Des propos toute en nuance, caractéristique du style Gautieritchev.
A la lecture de ceux-ci, l’avenir de Nunien sur le banc de l’USAC semblait aussi fragile que la santé d’Abou Diaby.

Son seul espoir de ne pas terminer lesté de ciment au fond de la Maine était de remporter la Coupe de l’Anjou.

 

Et comme le hasard fait bien les choses, le mardi suivant la défaite (cruelle) face à Saint-Sébastien, l’USAC recevait le C.H.U d’Angers pour le compte des quarts de Finale de la Coupe de l’Anjou.

Dans ce contexte,  la notion de match couperet (Grégory) prenait tout son sens.

Dos au mur, le coach, bien assisté de ses fidèles dirigeants, Gillou et Patou étaient parvenus à convoquer un groupe de 14 joueurs. A peine en poste que le Pape accomplissait son premier miracle.
L’équipe alignée au coup d’envoi avait donc fière allure. En l’absence de Jipouille, Seb enfilait les gants. Pas une première pour l’ainé des Gautieritchev qui avait déjà donné un coup de main (et hier) à ce poste. Pour le protéger, il pouvait compter sur une défense composée de Julien C., Yannou, Thiago Guémas et Rénald. Le milieu de terrain, était lui composé de Tom D., Kasso, Alex. C. et Ptit Pois.

Devant les attaquants de poche, Sylvain J. et Dams étaient associés.

 

L’entame de match fut quelque peu poussive (cat Dolls). Les joueurs du C.H.U entrèrent dans la partie pied au plancher. Ils se montrèrent notamment bien plus conquérants dans l’attaque du ballon. Un début de rencontre qui n’incita pas le coach de l’USAC à se détendre. Ce dernier restait debout à hurler ses consignes et à gesticuler dans tous les sens. Et lorsque Yannou, Thiago Guémas et Seb se mirent à faire un taureau, dans leurs six mètres avec l’avant centre-adverse, Nunien fut au bord de l’AVC.

A noter, que les Stone et Charden de l’USAC : Robby et Jeannine, accompagnés de la comédienne Coco Rachel avaient fait le déplacement pour soutenir le coach dans cette épreuve. L’USAC, mès que un club, una familia.

 

Nous n’avions pas encore passé le premier quart d’heure, qu’un nouveau frisson traversa le corps de Nunien. Sur une jolie frappe du N°9 adverse, Seb à deux mètres du ballon le dévia du regard sur son poteau. Edwige ne s’est pas trompée, Seb a vraiment les yeux revolver.

Niveau style, par contre, c’était plus discutable. Bonnet, maillot orange DDE, jogging et chaussettes relevées … La classe à la moldave.

 

Au fil du match, les roses et noirs trouvèrent leurs marques. Et c’est finalement sur l’une de leur première occasion et sur un coup du sort qu’ils ouvrirent le score. Dams bien lancé par Sylvain J., profitait d’une sortie plus qu’à hasardeuse du portier adverse pour pousser la sphère dans la cage vide.

 

 

1-0.          Malgré cette ouverture du score pour le moins heureuse, le coach de l’USAC ne parvenait pas réellement à se décrisper. La perspective de servir de diner aux poissons continuait à le hanter.

 

Pourtant, par la suite, ses joueurs firent le nécessaire pour le rassurer en prenant la direction des opérations. Derrière, Yannou et Thiago se montraient plus sereins que William tandis que Julien C. et Rénald bloquaient parfaitement leurs couloirs.
Très com...plices dans le jeu, les feux follets de l’attaque martyrisaient la défense du C.H.U par leurs permutations. Ainsi, suite à une bonne période de conservation, Dams décidait de prendre les choses en main. Après, quatre dribbles sur place et trois râteaux à rendre jaloux un paysagiste, il s’extirpait du marquage de son défenseur pour servir son compère d’un subtil exter’.
Sylvain J. se retrouva seul face au gardien et  en toute décontraction l’élimina d’un crochet avant de pousser la balle au fond des filets.

 

2-0. Un but, une passe dé. Dams, parachevait son festival d’un « Elle est pour toi celle là » à destination du banc adverse. Une provocation en forme de dédicace qui provoqua l’ire du staff du C.H.U et pour laquelle il fut invité à rejoindre le banc 10 minutes.

 

Malgré la multitude de rappels à l’ordre de la part de l’arbitre, du coach, du président, de ses coéquipiers, du gardien du stade et même d’un promeneur qui passait dans le coin, Damien n’avait pu s’empêcher de la ramener une nouvelle fois. Pour parvenir à le canaliser, j’ai bien peur qu’il ne faille recourir à une solution extrême : faire appel à Pascal le Grand Frère.

 

Plus grand-chose ne se passa avant la mi-temps hormis un arrêt de Seb dans un style toujours aussi particulier. Miaoooooouuuuuuuuuu.

 

Durant la pause, le coach ordonna à son équipe de rester concentré jusqu’au bout. Si ses joueurs ne jouaient qu’une partie de football, pour lui il s'agissait de bien plus que ça. Malgré cette avance confortable, il paraissait toujours tendu comme une crampe. Le fait que le Président Gautieritchev se cure les dents avec une lame de 20 centimètres de long en le regardant fixement n’y était peut être pas étranger.

Aux retours des vestiaires, l’USAC continua de monopoliser le ballon même si le C.H.U ne sembla pas avoir abdiqué. Les visiteurs se montrèrent dangereux à quelques reprises mais la défense, à l’image de Yannou, se montrait très solide.

Offensivement, Sylvain J. se montra le plus dangereux mais ne fut pas récompenser de ses nombreux efforts.
Après, un premier quart d’heure animé, les débats perdirent en intensité, et les approximations s’accumulèrent des deux côtés jusqu’à un fait de jeu terrible.

Alors que la défense de l’USAC éprouvait quelques difficultés à se dégager, Micky tenta de servir Cyril le long de la touche. La passe un peu trop forte échappa au latéral mais pas à son adversaire qui en voulant dégager le ballon, l’expédia directement dans les valseuses de Cyril. DING DING K.O technique. Un choc pour tous les représentants de la gente masculine témoins de la scène. Vu la puissance et la proximité de la frappe , ses baloches ont dû lui remonter dans la gorge façon Space Moutain. Le garçon pouvait se targuer d'avoir qautre amygdales. Comme Eric. N’importe quiaurait « préféré » prendre ce ballon dans la tête plutôt que dans les parties. Même Micky.

En espérant que cet incident, incite chaque joueur à utiliser Toniglandyl matin, midi et soir. Car avec Toniglandyl nos couilles c’est du béton.

Sans surprise, Cyril quitta le terrain pour rejoindre les vestiaires et remettre tout son « bazard » en ordre.

 

Malgré cette scène d’une rare violence, et des joueurs en état de choc, l’arbitre relança la partie. Après avoir prit son 70ème ballon de la tête, « Air Alex » s’essaya à une frappe aux 18 mètres qui flirta avec la base du montant droit.
Dans la foulée, Seb se distinguait de fort belle manière, en écartant façon gardien de Handball une frappe vicieuse. Il en profitait au passage pour remercier le public qui venait de saluer sa parade en connaisseur.

 

Un peu plus tard c’est Micky qui tenta sa chance de loin. Il donna tout ce qu’il avait. Et a priori il en avait pas beaucoup. Après moult rebonds, le ballon parvint péniblement dans les bras du gardien qui avait eu le temps de refaire ses lacets entre-temps.

Yannou, qui était aux premières loges au moment de la frappe, fut alors inquiet pour le genou de Micky. C'est vrai que du bord du terrain, on aurait cru qu’il avait tapé dans un medecine ball.

 

Sylvain J., encore lui, se créa la dernière occasion franche de la rencontre. Suite à une relance ratée du gardien, il tenta une frappe lobée qui échoua une nouvelle fois de peu à côté.

 

Peu après, l’arbitre mit un terme à la rencontre sur ce score de deux buts à zéro en faveur de l’USAC. L'USAC stoppait donc l'hémorragie et pouvait continuer à espérer ne pas terminer la saison bredouille.

Pour Nunien, cette qualification avait évidemment une signification tout autre. Il avait, temporairement, sauvé sa peau. Demain, Nunien verrait le soleil se lever.

 

To be continued.

 

Micky.


Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Président
  • 1 Dirigeant
  • 1 Joueur
  • 2 Supporters

Aucun événement

+